Les données ci-dessous jusqu’en 1994 sont extraites de la brochure
préparée en 1994 par Pierre Baertschi et Emmanuel Mayer. Version du 24.09.15

1867

Première mention d’une section socialiste carougeoise à côté de 21 autres sections dans le canton de Genève.

1914 – 1918

Lors des élections municipales de 1914, les socialistes carougeois obtiennent, pour la première fois, deux sièges. Ils seront attribués aux camarades Beata et Schneider.

Ils ont entre autres :

  • œuvré pour un soutien aux ouvriers carougeois lors d’attributions de travaux,
  • protesté contre la milice qui avait battu deux personnes,
  • demandé une aide pour l’acquisition de combustible pour la population carougeoise.

1918 - 1922

Aucun socialiste n’est élu.

1922 - 1927

Les socialistes obtiennent trois sièges. Sont élus Beata, Lesquereux et Berney.

En raison de l’attente d’un projet de fusion de certaines communes avec la ville de Genève en 1926-27, ils ont entre autres :

  • demandé la semaine de 48 heures pour les employés de la voirie
  • soutenu les associations ouvrières
  • soutenu un demandeur de naturalisation contestée d’origine italienne
  • demandé la prolongation des chantiers pour chômeurs malgré que l’Etat de Genève avait coupé les subventions.

(Les communes indépendantes de Plainpalais, Eaux-Vives et Petit-Saconnex seront annexées à la ville de Genève en 1931.

 

1927 - 1931


Les socialistes obtiennent
trois sièges. Sont élus Lesquereux, Magnenat et Beata.

 

 

1931 - 1935


Les socialistes obtiennent six sièges. Sont élus : Masson, Merminod, Born, Berard, Walser et Etienne.
Robert Merminod est candidat au Conseil administratif, mais non élu.

 

 

1932


Création d’un groupe de Femmes socialistes.

 

 

1935 - 1939


Le parti socialiste devient le premier parti de Carouge en obtenant
huit sièges !
Sont élus : Pierre -Eugène Vibert, Masson, Merminod, Born, Beata, Virchaux, Grivel et Panchaud.

 

 

1936


Le parti publie un bulletin mensuel « Le Carougeois »

 

 

1937


Pierre-Eugène Vibert décède.

 

 

1939 -1947


Le parti socialiste maintient ses huit sièges !
Sont élus : Born, Panchaud, Andres, Ehrler, Magnin, Hofer et Lehner.

 

 

1941


Le Conseil fédéral interdit la Fédération socialiste suisse, considéré comme « une organisation communiste ». Le Conseiller national et député au Grand Conseil socialistes genevois Léon Nicole (aussi Conseiller d’Etat en 1933 à 1936) et le Conseiller national et député au Grand Conseil Jacques Dicker sont déchus de leurs fonctions. Les autres 28 députés socialistes du Conseil national sont déchus à leur tour, puis les 8 Conseillers municipaux socialistes carougeois.

Le PS Carouge se réunit dans la semi-clandestinité autour de Jean Vincent et Ehrler, parfois en présence de Nicole et Dicker, puis édite un journal, « l’Etincelle ».

 

 

1947 - 1951


Le parti socialiste présente une liste commune avec le parti du travail et ensemble, ils obtiennent huit sièges.
Sont élus Fraschini, Chaillet, Bossens, Ehrler, Frédéric Born, Balmat, Chalut et Reymond.
Le
premier Conseiller administratif de gauche, appartenant au parti du travail, mais uni avec le parti socialiste, est élu : Maxime Chalut.

 

 

1951 - 1955


Le parti du travail décroche cinq sièges (Fraschini, Magnin, Reymond, Chaillet).
Le parti socialiste reconstitué n’atteint pas le quorum:
zéro sièges.
Maxime Chalut n’est pas réélu Conseiller administratif.

 

 

1952


Samuel Pausaz prend en charge la présidence de notre section.

 

 

1955 - 1959


Le parti du travail décroche quatre sièges (Fraschini, Chalut, Balmat et Magnin).
Le parti socialiste décroche
un siège : Frédéric Born.
La gauche ne représente pas de candidat au Conseil administratif.

 

 

1959 - 1963


Le parti socialiste décroche deux sièges : Frédéric Born, Samuel Pousaz.
Le parti du travail conserve ses quatre sièges (Fraschini, Chalut, Magnin, Reymond).

 

 

1963 - 1967


En raison de la croissance de la population, le Conseil municipal, passe de 17 à 25 sièges.
Pour la première fois, les femmes on le droit de vote et d’éligibilité.
Deux femmes font leur entrée au Conseil : Jacqueline Willener (PdT) et Claire Pittet (PICS).
Le parti socialiste augmente sa représentation à trois sièges : Frédéric Born, Samuel Pousaz, Wilfred Junod.
Le premier
Conseiller administratif socialiste et le deuxième de gauche est élu : Gaston Baumann.

 

 

1965


Samuel Pousaz passe la présidence de notre section à Jean Mermoud.

 

 

1967 - 1971


Le parti socialiste augmente sa représentation à quatre sièges : Frédéric Born, Samuel Pousaz, Wilfried Junod, Jean-Pierre Iseli.
Gaston Baumann est réélu au Conseil administratif.

 

 

1967


Jean Mermoud passe la présidence de notre section à Jean-Pierre Iseli.

 

 

1971 - 1975


Le parti socialiste maintient ses quatre sièges : Jean-Pierre Iseli, Wilfred Junod, Samuel Pousaz, Hubert Rapin.
Albert Felber (PdT) accède au Conseil administratif au détriment de Gaston Baumann.

 

 

1971


Jean-Pierre Iseli obtient la présidence du Conseil municipal et passe la présidence de notre section à Frédéric Bärtschi.

 

 

1975 - 1979


Le parti socialiste maintient ses quatre sièges : Jean-Pierre Iseli, Wilfred Junod et Liselotte Born et Ghislaine Chalmas, les deux premières femmes socialistes au CM de Carouge.

Le parti du travail augmente sa représentation à huit sièges (Fraschini, Chalut, Magnin, Reymond).

1977, décès d’Albert Felder, élection complémentaire au Conseil administratif de André Mahler (PdT). Il ne siègera que quelques mois et le Conseil élira tacitement Jacqueline Willener.

 

1977, pour la première fois, deux socialistes carougeois-e-s sont élus-e-s au Grand conseil : Liselotte Born et Michel Jörimann.

 

1979 – 1983
Le parti socialiste gagne un siège et passe à
cinq sièges : Liselotte Born, Pierre Baertschi, Jean-Pierre Iseli, Wilfred Junod, Jacques Emery.
Jacqueline Willener est élue au Conseil administratif.


1983, Frédéric Bärtschi passe la présidence de notre section à Irène Weibel.

 

1983 – 1987
Le parti socialiste maintient ses
cinq sièges : Pierre Baertschi, Jean-Pierre Iseli, Irène Weibel, Daniel Sottas, Françoise Piguet.
Pour les élections au Conseil administratif, les socialistes présentent Pierre Baertschi contre Jacqueline Willener (PdT). C’est cette dernière qui est élue.

 

En 1984, Pierre Baertschi obtient la présidence du Conseil Municipal.

 

1986, Irène Weibel passe la présidence de notre section à Françoise Piguet.

 

1987 – 1991
Le parti socialiste gagne un siège et passe à
six sièges : Pierre Baertschi, Jean-Pierre Iseli, Irène Weibel, Daniel Mouchet, Valérie Carera, Jimmy Della Rossa.

Pour les élections au Conseil administratif, les socialistes soutiennent Jacqueline Willener (PdT).

 

1987, Françoise Piguet passe la présidence de notre section à Pierre Baertschi.

 

1988, Pierre Baertschi obtient la présidence du Conseil Municipal.

 

 

1991 – 1995
Le parti socialiste maintient ses
six sièges : Pierre Baertschi, Jean-Pierre Iseli, Valérie Carera, Ariel Haemmerlé, Jimmy Della Rossa, Monika Leonardi.

 

1995 – 1999
Le parti socialiste maintient ses
six sièges : Pierre Baertschi, Jean-Pierre Iseli, Valérie Carera, Ariel Haemmerlé, Jimmy Della Rossa et Monika Leonardi.

 

1997, Alain Etienne est élu au Grand Conseil.

 

1999 – 2003
Le parti socialiste gagne un siège et passe à
sept sièges : Monika Leonardi, Valérie Carera, Francette Meyer, Jimmy Della Rossa, Ariel Haemmerlé, Mireille Donnet et Philippe Hamilton.

 

1999, Daniel Mouchet est élu au Conseil administratif.

 

2000, Francette Meyer obtient la présidence du Conseil Municipal.

 

2001, Gérard Baron passe la présidence de la section à Ariel Haemmerlé.

 

2003 – 2007
Le parti socialiste augmente sa représentation et passe à
8 sièges : Pierre Baertschi, Mireille Donnet, Francette Meyer, Stéphanie Lammar, Philippe Hamilton, Ariel Haemmerlé, André Schmutz et Patrick Monney

Avec l’AGT et les Verts, l’Alternative devient majoritaire pour la première fois au conseil municipal.

Francette Meyer est élue au Conseil administratif avec Jeannine de Haller. Pour la première fois le Conseil administratif est à majorité de gauche.

 

2003, Gérard Baron prend la présidence de la Fondation HLM de Carouge. Pierre Baertschi prend la présidence de la Fondation du Vieux Carouge.

 

2004, Mireille Donnet obtient la présidence du Conseil municipal.

 

2007 Ariel Haemmerlé remet la présidence de notre section à Arlette La Chiusa

 

2007 – 2011

Le parti socialiste perd un siège et passe à sept sièges : Stéphanie Lammar, Gérard Baron, Pierre Baertschi, Patrick Monney, Mireille Donnet, Michael Paparou et Nicole Castioni.

Nicole Castioni démissionnant plus tard, c’est André Schmutz qui revient au Conseil Municipal.

Nous perdons notre siège au conseil administratif (sont élus Jeanine de Haller (AGT), Marc Nobs (R) et j.P. Aebi (L))

 

En 2010, Stéphanie Lammar obtient la présidence du Conseil Municipal.

 

2011 – 2015

Le parti socialiste perd un siège et passe à six sièges : Patrick Monney, Pierre Baertschi, Arlette La Chiusa, Michael Paparou, Etienne Zongo et Alain Etienne.

Stéphanie Lammar récupère notre siège au conseil administratif et est élue avec Jeannine de Haller d’AGT et Nicolas Walder des Verts.

Pour la première fois le conseil administratif est entièrement de gauche.

 

2012, Patrick Monney obtient la présidence du Conseil municipal.

 

2014 Arlette la Chiusa passe la présidence de notre section à Matthias Meyer.

 

2015 – 2020

En raison de la croissance de la population, le Conseil municipal passe de 31 à 33 sièges.

Le parti socialiste gagne 5 sièges et passe à onze sièges : Pierre Baertschi, Patrick Monney, Alain Etienne, Loulou Morisod, Etienne Zongo, Elvia Cambier, Patrick Mutzenberg, Arlette La Chiusa, Bernard Bocquet, Solange Decnaeck et Matthias Meyer.

AGT ne présente pas de liste.

L’Alternative perd pour une voix sa majorité au conseil municipal.

Stéphanie Lammar et Nicolas Walder des Verts sont élus au Conseil administratif.

 

2015 Patrick Monney obtient la présidence de la Fondation du Vieux Carouge.